Si la consommation des espaces naturels agricoles et forestiers est une question bien connue, l’artificialisation (et surtout la lutte contre) est un nouvel objectif fixé par l’Etat mais aux origines aussi bien internationales, européennes que citoyennes. Il pose à la fois des limites en matière de consommation mais induit aussi un processus de renaturation. Enjeux fonciers complexes, il ne nous en fallait pas moins pour organiser quelques (premiers ?) temps d’échanges sur ces sujets.

 

Renaturation des friches

Le ZAN : une injonction arithmétique de l’Etat ? [9 avril 2021]

 

Quelques pistes pour aller plus loin :

IFFSTAR, INRA, 2017, Sols artificialisés. Déterminants, impacts et leviers d’actions https://www.quae.com/produit/1603/9782759230846/sols-artificialises

France Stratégie, 2019, Objectif « Zéro artificialisation nette » : quels leviers pour protéger les sols ? https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-rapport-2019-artificialisation-juillet.pdf

Fonciers en débat, 2020, Zéro artificialisation nette, quelles conséquences pour les territoires ? https://fonciers-en-debat.com/seminaire-debat-fed-2020-debats-autour-du-zero-artificialisation-nette-quelles-consequences-pour-les-territoires/

Le portail national de l’artificialisation des sols : https://artificialisation.biodiversitetousvivants.fr/